6 CLICHÉS SUR LE FOOTBALL FÉMININ  

La dernière Coupe du monde féminine a eu son petit succès. Les stades ont affiché complet. Et les spectateurs étaient au rendez-vous. Malgré tout, les clichés sur le football féminin persistent. Sans décourager celles qui décident d’enfiler des crampons. On fait le point sur 6 clichés parmi tant d’autres. On vous prévient, on a glissé un peu d’ironie dans le propos. Par avance, on s’excuse si notre humour semble parfois aussi lourd que certains clichés.

LE FOOTBALL, CE N’EST PAS POUR LES FILLES.

Pour certains, il y a débat. Pour nous, c’est sûr : la danse est un sport, avec tous ses bienfaits, physiques et psychologiques. Ce n’est pas tout à fait la question, mais c’est important de le redire : la danse c’est bon pour votre enfant. 

D’abord, parce que ça développe sa motricité : sa coordination gestuelle et sa capacité à déplacer son corps dans un espace, entre autres. La danse favorise aussi la souplesse et la flexibilité. Comme les autres sports, elle tonifie le squelette et travaille l’endurance. Bon à savoir : les tout-petits peuvent commencer les cours de danse à partir de 4 ans, voire avant dans certaines écoles de danse. 

Sur le plan psychologique, elle contribue à renforcer la confiance de votre enfant, parce qu’elle lui permet de prendre conscience de son corps, et de l’utiliser comme moyen d’expression. 

Tout ça, c’est bénéfique pour les filles... et pour les garçons, évidemment ! On vous rassure donc, votre petit dernier peut tout à fait développer sa souplesse et son équilibre grâce à quelques pointes. Il n’y a aucune contre-indications à ça au contraire.

Kipsta football

 LES FOOTBALLEUSES NE SONT PAS FÉMININES

Ce sont des “garçons manqués”. On ne sait pas si la FIFA cherche une solution : imposer le port de la jupe, par exemple. Mais on sait que les talons sur la pelouse, ce n’est pas ce qu’il y a de plus pratique. En revanche, les filles peuvent tout à fait tacler ou dribbler avec une manucure parfaite et du rouge à lèvres. Si vous êtes observateur ou observatrice, vous avez sans doute remarqué la manucure rouge de la Française Wendie Renard. Et le rouge à lèvres de la Brésilienne Marta a fait couler beaucoup d’encre sur la toile. Pas assez ou trop féminine, il faudrait savoir. 

LES FILLES NE SONT NI PHYSIQUES. NI TECHNIQUES

Combo perdant pour les footballeuses. D’après les clichés, il semblerait qu’elles ne soient pas très physiques. Le niveau n’est même pas relevé grâce à la technique. Encore moins grâce aux gardiennes qui seraient de vraies passoires. Certains doivent se demander ce qu’elles font là. Pas le magazine France Football qui a créé, en 2018, le Ballon d’Or, pour récompenser la meilleure joueuse de l’année. L’équivalent masculin existe tout de même depuis 1956. En 2018, c’est la Norvégienne Ada Hegerberg, joueuse de l’Olympique Lyonnais, qui a remporté le premier Ballon d’Or. Elle en a d’ailleurs profité pour rappeler qu’elle n’était pas là pour danser. 

Kipsta football

LE FOOTBALL FÉMININ, C’EST UN PEU ENNUYEUX.

Le football, c’est du spectacle. On vous rassure, on parle bien du football masculin. Parce que, c’est bien connu : les filles sur le terrain, ce n’est pas ça, ni à la télé, ni depuis les gradins. Pas d’adrénaline. Aucune émotion, aucune intensité. On vous l’accorde, il y a parfois d’importantes différences de niveau entre deux équipes. Parce que dans certains pays, le football féminin commence à peine à se développer. Il faut donc laisser un peu de temps à ces équipes nationales. En revanche, certains matchs ne sont pas moins intéressants. Et il y a aussi des 0-0 dans le football masculin qu’on préférerait ne pas voir. 

LE FOOTBALL FÉMININ N’INTÉRESSE PERSONNE

Et personne ne regarde le football féminin. Encore moins les femmes. Le foot, sur gazon ou sur grand écran, c’est pour les hommes qui ne regardent pas le football féminin. Parce que le jeu de jambes des filles, c’est pas trop ça, comme on vient de le préciser. Bien sûr, vous avez saisi l’ironie. Et vous avez aussi sans doute remarqué que la dernière Coupe du monde féminine a eu son petit succès : la plupart des stades ont affiché complet. On ne sait pas vraiment si le football féminin n’intéresse personne, mais quelque chose nous dit que c’est en train de changer ;-) 

LES FOOTBALLEUSES SONT MOINS BIEN PAYÉES QUE LES FOOTBALLEURS

On préférerait que ce soit un cliché. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Les disparités de salaire entre hommes et femmes sont bien réelles dans le football. Et même entre footballeuses. Le salaire de certaines joueuses s’élève à quelques centaines de milliers d’euros par an. Pour vous donner un exemple, le salaire et les primes d’Ada Hegerberg, la première joueuse à remporter la première Ballon d’Or féminine en 2018, représentent environ 400 000 euros par an. Contre environ 10 millions pour Modric qui a remporté le dernier Ballon d’Or masculin. Cette année, la joueuse norvégienne a d’ailleurs boycotté la Coupe du monde en guise de contestation. 

 

Une note positive pour conclure : le football féminin, ce n’est pas qu’un ensemble de clichés. Même s’il reste du chemin à parcourir, les filles ont déjà gagné un peu de terrain. Et de nombreux supporters et supportrices.

HAUT DE PAGE