CHASSER LES RIGUEURS DE L’HIVER À VÉLO

L’arrivée de l’hiver ne sonne pas forcément la fin du plaisir pour les cyclistes. Même si les jours raccourcissent et si le froid et l’humidité s’installent, vous pouvez toujours vous amuser à vélo. Avec les conseils qui suivent, vous resterez non seulement au chaud et au sec, mais vous roulerez également en toute sécurité.

vélo de course en hiver
1

HABILLEMENT VÉLO

Une tenue hivernale adaptée vous évitera de souffrir du froid. Comme pour les sports d’hiver, vous pouvez ici aussi appliquer le système des différentes couches de vêtements. Chaque couche a sa fonction et, selon les conditions météorologiques, vous pouvez plus ou moins les superposer. La première couche, à même la peau, doit évacuer la transpiration et maintenir votre corps au sec. Les matières synthétiques sont les plus utilisées, mais la laine convient tout aussi bien. Évitez le coton. Les vêtements de la première couche se déclinent souvent en différentes épaisseurs à porter selon la température. Les frileux enfileront deux T-shirts thermiques l’un sur l’autre, afin qu’une couche d’air chaud se forme entre les deux épaisseurs. Vient ensuite la couche isolante qui protège du froid. Maille polaire, primaloft ou laine mérinos sont les matières les plus indiquées.

La couche extérieure enfin sert à protéger du vent, de la pluie et de la neige. Une hardshell est entièrement imperméable, coupe-vent et respirante. La plupart des vestes vélo associent la deuxième épaisseur et la couche extérieure en un seul blouson. S’il ne pleut et ne neige pas, une veste softshell suffira. Les softshells sont imperméables et coupe-vent et présentent souvent une meilleure respirabilité qu’une hardshell. S’il fait vraiment très froid, il peut être utile de porter une doudoune légère supplémentaire. Dans l’idéal, votre hardshell sera dotée d’ouïes de ventilation pour rafraîchir votre corps. Le vélo est un sport relativement intensif, mieux vaut donc avoir un peu froid au début que de commencer en ayant trop chaud.

On a moins vite froid sur les jambes. Des couvre-jambes ou un pantalon long de vélo (également disponible en différentes épaisseurs pour les différentes températures) les maintiendront au chaud. Les couvre-jambes ont l’avantage de se retirer rapidement s’ils se révélaient trop chauds.

Les mains et les pieds sont des zones sensibles chez de nombreux cyclistes en hiver. Veillez à porter de bons gants épais, avec ou sans sous-gants amovibles. Les frileux opteront pour des chaussettes d’hiver, des surchaussures ou des gants hivernaux. Vos pieds sont près du sol et soumis à rude épreuve lorsque la route est mouillée. Les surchaussures doivent au moins être imperméables et coupe-vent. Les exemplaires en néoprène supportent souvent mieux l’humidité. Vous pouvez éventuellement enduire les extrémités de votre corps d’une crème chaude ou grasse ou de vaseline. Enfilez des chaussettes plus épaisses et veillez à ce que vos orteils aient suffisamment de liberté de mouvement. Le sang continuera ainsi à circuler et vos orteils resteront (plus) au chaud.

Portez un bonnet sous votre casque, mais faites en sorte que votre casque continue à bien adhérer à votre tête. Un casque qui bouge sur la tête et qui vole en cas de chute n’est d’aucune utilité.

2

CONTINUER À BOIRE

Même si vous avez moins soif pendant une sortie hivernale, vous ne devez pas faire l’erreur de moins boire. Votre corps consomme de l’énergie et, quelles que soient les conditions météorologiques, vous devez vous approvisionner. Comme l’eau de votre gourde gèlera rapidement, emportez du thé chaud. Meilleur au goût, il maintiendra également la chaleur de votre corps. Les gourdes classiques en plastique utilisées par les cyclistes ne sont pas adaptées pour les liquides chauds. Optez donc pour un modèle isotherme à double paroi ou pour une gourde avec isolation sous vide. D’ailleurs… il n’y a rien de mal à prévoir une pause-café supplémentaire.

3

LA SÉCURITÉ AVANT TOUT

Votre vélo aussi doit être prêt à affronter l’hiver. Pensez à cet égard aux garde-boue avant et arrière et à un éclairage adapté. Nous ne pouvons trop insister sur ce dernier point : en hiver, la nuit tombe vite et vous devez à la fois voir et être vu. Un phare avant et arrière en bon état de fonctionnement est un minimum. Des vêtements réfléchissants et/ou des bandes réfléchissantes sur les roues et sur votre vélo amélioreront votre visibilité. Essayez d’éviter les routes trop fréquentées et sombres ou roulez tout simplement de jour. Si vous roulez hors route, veillez à avoir un éclairage adapté. Gonflez un peu plus vos pneus, cela améliorera la tenue de route.

HAUT DE PAGE