EN VILLE, JAMAIS SANS MON CASQUE !

Depuis le 22 mars 2017 en France, les enfants de moins de 12 ans ont pour obligation de porter un casque à vélo. Des mesures similaires ont déjà été appliquées dans 12 autres pays européens. La Belgique suivra-t-elle ?
Les antis prétendent que par effet de compensation, le port du casque conduit les usagers à relâcher l’attention et les automobilistes à se comporter de façon plus inconsciente vis-à-vis des cyclistes.

Des arguments difficilement vérifiables qui omettent un détail crucial : en cas de chute sur la tête, les risques de fracture du crâne sont très élevés…

DES ACCIDENTS CERTES PEU NOMBREUX EN VILLE, MAIS…

Selon une étude de la Sécurité Routière datant de 2005, les piétons et les automobilistes ont plus de chance de se blesser à la tête que les cyclistes.
Alors que fait-on ? On porte un casque à la maison et on roule tête nue ? N’oublions pas qu’en cas de chute, provoquée ou non par une collision avec un véhicule, le risque de choc à la tête est réel, et c’est là que les problèmes commencent !
En effet, parmi les traumatismes graves observés chez le cycliste, la fracture du crâne représente plus de 80 % des cas. C’est justement là que notre ami le casque intervient ! Il réduit le risque de lésions à la tête, au cerveau et au visage de plus de 65 %.

homme-velo-casque

LE COMPLÉMENT DE VOTRE ÉQUIPEMENT SÉCURITÉ

Vous avez investi dans de nombreux accessoires de sécurité indispensables à tout bon cycliste urbain moderne. Les lampes, gilets et brassards réfléchissants sont vos meilleurs amis et interpellent les autres usagers et vous êtes à deux doigts de craquer pour un rétroviseur.
Mais le risque zéro, hélas, n’existe pas. Pluie, vent, mauvaise manœuvre, piéton ou automobiliste au comportement inconscient : une chute peut malgré tout arriver. Ce jour-là, vous êtes content de porter un casque.

ville-paves-velo-casque

ENTRAÎNER LES AUTRES USAGERS

Et si tout le monde portait un casque en ville… Par un effet d’entraînement automatique, les adeptes vont convertir de nouveaux utilisateurs sans même s’en rendre compte.

Dès leur plus jeune âge, habituez vos enfants à porter un casque. Ils sont plus fragiles que vous et entre l’excitation et l’inconscience, bien plus enclins aux chutes multiples ! Ceci est encore plus vrai dans le cas des enfants sur les porte-bébés. En cas d’accident, ils sont prisonniers de leur siège et ont peu de moyens de se protéger lors de la chute. Pour inciter les enfants à revêtir leur casque, montrez-leur la collection de casques B’Twin pour tous les goûts et tous les âges. Succès garanti !

ET SI ON PARLAIT ESTHÉTIQUE ?

Beaucoup n’osent l’avouer, mais ils rechignent souvent au port du casque pour des raisons esthétiques: “Je vais être décoiffé”, “Je ne ressemble à rien”, … Mais en bon citadin, vous le savez mieux que tout le monde, entre être décoiffé et un traumatisme crânien, le choix est vite fait d’autant que les casques sur le marché sont de plus en plus tendance et stylés Les modèles classiques type casques ville sont désormais disponibles dans un grand nombre de coloris. Lancez-vous et faites le pas jusqu’à en choisir un qui s’accorde avec votre vélo…

Votre tête est précieuse, protégez-là et faites-vous plaisir !

HAUT DE PAGE