ENTRAÎNEMENT TRIATHLON :

L'IMPORTANCE DE LA PLANIFICATION

Une fois que vous vous êtes fixé un objectif de course en triathlon, qu'il est clair dans votre esprit, plusieurs semaines vous séparent encore de votre course. Vient maintenant la phase la plus longue et la plus complexe à appréhender : l'entraînement.

1/ LES AVANTAGES DU PLAN D'ENTRAÎNEMENT 

Pour ma part, je n’invente pas mes séances pour atteindre mon triathlon XXL et je ne m’entraine pas au hasard de mes disponibilités. Pour préparer ma course de manière optimale et avoir la meilleure organisation possible, j’ai à ma disposition un plan d’entrainement.

Le but est simplement de vous faire comprendre que suivre un plan d'entraînement permet de planifier toutes vos séances en avance dans votre calendrier. Quand il s’agit de s’entraîner 7 ou à 8 fois par semaine je peux vous assurer que c’est absolument nécessaire de savoir ce qui est prévu dans la semaine et même au delà.

En suivant votre plan vous allez savoir combien de séances natation, vélo ou de séances course à pied vous devez caser dans la semaine et le cas échéant organiser au mieux les séances en fonction de vos disponibilités.

Vous allez me dire : “Et on les trouve où ces fameux plans d’entraînement?”.

Effectivement j’ai un avantage : étant aujourd’hui licencié en club de Triathlon j’ai la chance d’avoir un entraîneur qui me concocte mes plans. Cela dit en passant, si certains d’entre vous souhaitent passer le pas de prendre une licence en club, je ne peux que vous encourager à le faire. Les licences coûtent certes un peu cher (entre 200 et 300€ l’année) mais elles donnent plusieurs avantages : des créneaux d'entraînements dédiés tout au long de la semaine (avec les accès piscine..!), la possibilité de s'entraîner en groupe, accès à des compétitions gratuitement (en fonction des clubs), des entraîneurs pour vous suivre tout au long de l’année, accès à des plans d'entraînements spécifiques etc..

Pour les autres, pas de soucis, il a d’autres moyens de se procurer ledit plan. Les magazines spécifiques sur le triathlon (Triathlete magazine, Trimag) proposent souvent différents plans en fonction des distances et de votre niveau initial. Les plans sont souvent très complets et bien adaptés (et adaptables !) à vos besoins, votre niveau et votre disponibilité.

Si je peux me permettre un petit conseil dans le choix de votre plan d'entraînement : ne soyez pas trop gourmand, il vaut mieux prendre un plan un peu plus light et être sûr de faire toutes les séances plutôt que de suivre un plan trop lourd et de louper une séance sur deux.

2/ GESTION ET PRIORITISATION DES SEANCES D'ENTRAÎNEMENT  

Vous ne pouvez pas faire 100% des séances de votre plan? PAS DE PANIQUE ! Ce n’est pas parce qu’on loupe une séance qu’on loupera sa course. Et je suis bien placé pour le savoir.

Il m’arrive régulièrement de louper une séance à cause d’une réunion au boulot, d’un bouchon à rallonge ou simplement car je suis trop fatigué. Au début je pensais sincèrement que cela était une catastrophe et que j’allais prendre du retard dans ma préparation. Mais au final, pas du tout. Ce qui est important quand on suit un plan d'entraînement c’est de pouvoir identifier ce que l’on appelle les séances CLEFS.

Dans un plan d'entraînement il y a toujours une ou deux séances CLEFS par semaine. Il s’agit simplement des séances incontournables de votre préparation. Donc si vous devez faire un choix, il doit se tourner vers ces fameuses séances clefs car ce sont ces séances qui vont vous permettre de progresser et d’avancer correctement dans votre préparation.

Comment les identifier ? Assez facile : il s’agit souvent de LA grosse séance de la semaine. Celle qui fait parfois un peu peur par son intensité ou sa longueur ;-) Mais à un moment donné si vous voulez vous préparer, vous devez en passer par là !

Si vous êtes en club ou suivi par un coach, il vous dira quelles sont les séances clefs à ne pas louper. Dans le cas où vous souhaitez vous entraîner vous-même, essayez de choisir un plan où ces fameuses séances clefs sont clairement mises en avant à l’écrit (en gras par exemple).

Triathlon : cyclisme

Autre petite information dans l’optique de la préparation à un triathlon. Il faut savoir que l’on ne travaille pas constamment les trois disciplines en même temps. En effet si vous suivez un plan vous constaterez qu’en fonction des semaines, l’accent est mis sur l’une des trois disciplines en priorité, ce qui permet également d’organiser ses entraînements sur du plus long terme.

Pour ma part je sais dans mon plan d’entrainement que j’ai deux semaines intenses en vélo qui s’annoncent vers la fin avril. Le vélo étant l’activité la plus chronophage des trois j’ai décidé de poser quelques jours de congés pour avoir tout le temps à ma pratique.

Attention : on parle bien de semaine prioritaire ! Durant ma période vélo, je vais quand même nager et courir ;-)

CES CONSEILS PEUVENT VOUS INTÉRESSER

Conseils
triathlon aptonia_transition
Ca y est, vous vous lancez sur votre premier triathlon et vous vous demandez bien comment passer d’une discipline à l’autre sans perdre trop de temps ? Ou peut-être avez-vous déjà expérimenté le triple effort et vous voulez améliorer vos transitions ?
Conseils
Triathlon aptonia
La natation, première discipline de ce triple effort, n’est pas à négliger ! Que le départ soit donné en piscine ou en eau libre il y a quelques trucs et astuces qui faciliteront le reste de la course.
Conseils
Triathlon aptonia vélo
L’inscription est faite, vous savez que dans quelques mois ou quelques semaines vous allez vous aligner sur le départ de votre premier triathlon. Le stress commence à monter ? Vous ne voulez pas rater cette première expérience sur le triple effort ?
Conseils
Triathlon aptonia
Choisir son premier triathlon c’est comme choisir son itinéraire pour partir en vacances… si vous vous plantez ça peut transformer la promesse d’un bon moment en véritable calvaire !
Conseils
Triathlon-couple-magazine
À force d’aller encourager son amoureux sur les triathlons, Marine, ambassadrice Decathlon du magasin de La Louvière, s’y essaie et y prend définitivement goût. Pas de doute, le triathlon, c’est contagieux ! Même si c’est un sport individuel, on n’est jamais réellement seul, et encore bien moins quand on le pratique en couple.
HAUT DE PAGE