À L’ASSAUT DE VOTRE PREMIER TRAIL !

La pratique du trail est en pleine expansion aux quatre coins du monde et la Belgique n’échappe pas à ce constat. Envie de vous lancer? Voici nos conseils pour franchir le pas.

Courir en dehors des agglomérations, en auto-suffisance, généralement sur de longues distances et avec un minimum de dénivelé à la clé, telle est la définition du trail. Une pratique qui rencontre de plus en plus de succès auprès des coureurs, désireux de se découvrir une nouvelle liberté. Que ce soit en s’éloignant de la ville ou en rejoignant des terrains plus vallonnés, en Belgique ou ailleurs, il existe une multitude de façons de pratiquer et d’envisager le trail, sur des distances allant de 15 km aux ultras mythiques. Mais franchir le pas entre la course sur route et le trail ne peut cependant s’effectuer sans un minimum de réflexion, sous peine de passer à côté de l’essentiel : le plaisir. Voici quelques clés indispensables qui feront de vous un traileur prêt à affronter de nouveaux défis.

mijn eerste trail lopen uitrusting schoenen materiaal

ÉQUIPEZ-VOUS

Faire du trail, c’est découvrir un nouveau terrain de jeu, bien plus exigeant, avec un sol plus varié et contraignant. C’est aussi augmenter la longueur des sorties, tant en temps qu’en kilomètres. S’y confronter sans un équipement adéquat peut donc, au mieux, être inconfortable et, au pire, mener à la blessure. Sans nécessairement faire des folies, il est donc nécessaire de s’équiper.

Différents types de chaussures, l’élément le plus important, sont spécialement conçus pour la pratique du trail. Elles se caractérisent toutes par une meilleure adhérence au sol et une bonne capacité à avaler les kilomètres. En Belgique, une paire permettant de faire face à la boue est indispensable alors que, en montagne, il faut souvent se mesurer à un sol plus rocailleux.

L’hydratation est une autre composante essentielle du trail, les sorties, à l’entraînement ou en compétition, étant plus longues. Pour ne pas tomber à sec, il existe différents sacs d’hydratation, avec poche à eau ou gourdes souples. Ces sacs permettent aussi d’y glisser quelques barres énergétiques ou autres accessoires.

En cas de sortie nocturne, une lampe frontale est également un indispensable, de même que l’un ou l’autre textile technique spécifiquement conçu pour la pratique du trail et qui permettront d’éviter frottements et autres sensations d’inconfort en cours de route. Quant aux bâtons, bien pratiques en cas de fort dénivelé sur la durée, ou à la montre GPS typée trail, cela ne relève en rien d’une obligation. À vous de trancher, selon votre budget et votre niveau de pratique.

TRAVAILLEZ SPÉCIFIQUEMENT​​​​​​​

Si le trail reste de la course à pied, le travail musculaire que la discipline induit n’est pas identique. La variation du terrain et le dénivelé sollicitent, en effet, beaucoup plus vos articulations et vos muscles. Plus encore que sur la route, un travail régulier de renforcement est indispensable. Et même si ce n’est pas le plus amusant, n’hésitez pas à supprimer de temps à autre une séance pour la remplacer par du renforcement musculaire. Outre des exercices d’abdominaux et de gainage sur le haut du corps, il est primordial de ne pas oublier le bas du corps, même si celui-ci semble déjà affûté par les kilomètres accumulés sur la route. Des exercices d’équilibre sur un pied permettront, par exemple, de renforcer vos chevilles alors que faire la chaise ou du travail dans des escaliers ne sera que bénéfique pour vos quadriceps et ischio-jambiers fort sollicités lors des nombreuses montées et descentes.

mijn eerste trail lopen uitrusting schoenen materiaal

ALLEZ-Y CRESCENDO

La frontière entre la course à pied et le trail n’est pas aussi claire que certains voudraient le dire. Profiter d’un dimanche pour aller faire 30 bornes dans la nature ne fera pas nécessairement de vous un traileur, tout comme il n’est pas obligatoire de vous équiper comme un pro pour vous aligner au départ d’une course. L’important est d’y aller pas à pas, en mettant le plaisir au cœur de la pratique et en écoutant toujours votre corps. Face à la multiplication des courses et à la médiatisation croissante de certains exploits, il est néanmoins tentant de se laisser emporter par l’euphorie et de se retrouver au départ d’une épreuve de plus de 40 kilomètres en pleine nature. Reste que cela demande une certaine expérience, qui ne peut donc venir qu’avec le temps. En y allant trop vite, vous risquez de vivre une mauvaise aventure et d’être dégouté. Et vu les sensations que le trail peut procurer, ce serait là un beau gâchis.

QUELQUES TRAILS EN BELGIQUE

Les trails, chez nous ou à l’étranger, ne manquent pas. La plupart proposent différentes distances, permettant au plus grand nombre de s’y retrouver. Voici quelques incontournables en Belgique :

-          La Bouillonnante (27 avril 2019) : C’est le rendez-vous du calendrier belge, dans une vallée de la Semois propice à la pratique du trail. Il existe notamment un 15 km, avec 600 mètres de dénivelé positif.

-          Olne-Spa-Olne (2 juin 2019): Composé à 90% de chemin forestier, c’est un paradis pour les amoureux de nature. Le 35 km se targue d’être « le plus dur de Belgique » mais il existe aussi un 10 ou 20 km plus accessible.

-          Trail des Lumeçons (25 octobre 2019) : le trail populaire par excellente, au  départ de la Citadelle de Namur. Il s’agit du plus grand trail nocturne du pays, sur 8, 17 et 25 km.  Ambiance garantie.

-          Trail du Hérou (7 septembre 2019):  Si ce rendez-vous a accueilli les deux derniers Championnats de Belgique, il se décline aussi sur un 8,5 et un 16 km au travers de la vallée de l’Ourthe.

-          Trail des Hautes Fagnes (28 septembre 2019) : Des paysages variés et un cadre naturel exceptionnel pour l’un des plus beaux rendez-vous du calendrier belge. Il  se décline sur 12,5, 24 ou 40 km.

 

Ou parcourez les sentiers gratuits Extratrail (Decathlon Running Territories) tout au long de l’année. Cliquez le bouton ci-dessous pour plus d'informations.

HAUT DE PAGE