NON, LA NATATION N’EST PAS UN SPORT ENNUYANT !

Nager, ce n’est pas que compter les carreaux au fond du bassin en accumulant sans réfléchir les longueurs. Il y a plein de trucs et astuces pour animer votre séance de natation et faire défiler les minutes plus vite que vous n’auriez osé l’imaginer. On vous en livre quelques-uns.

Natation

Si l’on sait que la natation est un sport complet, les enfants ont parfois peur de s’y ennuyer et même peur d’avoir peur. Pour inciter votre enfant à se rendre régulièrement à la piscine, il suffit de changer son état d’esprit et transformer ses appréhensions en motivation. Découvrez comment lutter contre l’ennui en natation en lui donnant ces petits conseils.

PRÉPARER LES SÉANCES ET S'ENTOURER DE COPAINS

Parce qu’anticiper renforce la motivation, on se fixe un petit programme : l’échauffement, une distance à parcourir, le moment de récupération, et on enchaînera sur des exercices ciblés. À chaque fois, imaginez pour votre enfant d’autres exercices, et fixez-lui un nouveau challenge ludique que vous notez sur une petite fiche. Il·elle pourra ainsi voir sa progression de semaine en semaine.

Si nager est en effet une pratique solitaire, aller à la piscine avec des amis est toujours amusant : on se lance des défis et on se donne des conseils, on partage son expérience et on discute le coup en récupérant. Et, on renforce immanquablement l’amitié. Vous connaissez sûrement des parents qui sont prêts à partager ça avec vous, non ?

Natation

JOUER AVEC LA RESPIRATION ET CHANGER  DE RYTHME

Inutile de donner à votre enfant comme objectif de faire 30 longueurs d’affilée en brasse. Par contre, modifier les allures, c’est tout de suite plus chouette : rapide, sprint, modéré, récupération. Et changer de nage aussi : 1 longueur rapide en crawl, 500 mètres cool en brasse, 100 mètres sprint dos crawlé. Il·elle ne verra pas le temps passer.

Réussir à maîtriser son souffle en nageant n’est pas toujours évident au début, mais c’est qui permet de gérer l’effort. Avec un bon professeur (et avec vous aussi), votre enfant travaillera sa coordination de mouvements avec sa respiration, et il·elle constatera qu’il·elle nage de plus en plus vite.

APPRENDRE UNE NOUVELLE NAGE ET SE LAISSSER ALLER

L’eau est le premier élément dans lequel vit le bébé. Cette sensation d’apesanteur, où l’on se sent tout léger, est déjà un plaisir en soi. Pensez à ceci lors des premiers contacts avec l’eau. Ne le·la brusquez pas, accompagnez-le·la pour, par exemple, le·la laisser flotter sur le dos,  les oreilles sous l’eau, en ne laissant sortir que son visage, les yeux fermés pour écouter sa respiration. Ce petit moment de détente unique lui donnera l’envie de retourner très vite à la piscine.

La brasse et le crawl tout le monde connaît. Mais comment se débrouille votre enfant en papillon et en dos crawlé ? Ces nages demandent plus de technique et lui donneront peut-être l’envie de se perfectionner pour arriver à les maîtriser et varier ses entraînements en passant de la brasse au dos crawlé. Et comme chaque type de nage développe différents muscles, son corps le·la remerciera et sa condition physique en bénéficiera. Quoi de plus excitant que d’apprendre quelque chose ?

vive les accesoires

VIVE LES ACCESSOIRES ET VARIER LES AMBIANCES

Pull-buoy, planche, palmes, plaquettes, lunettes,... Les accessoires ne manquent pas pour s’amuser dans l’eau et éprouver des sensations différentes : avec des palmes on nage plus vite, les lunettes permettront de voir ce qui se passe sous l’eau. Et, pourquoi pas même un lecteur MP3 étanche pour rythmer sa nage ! Bref, varier les plaisirs pendant les longueurs, ça marche toujours.

Changez de décor : explorez toutes les piscines de votre quartier, du bassin olympique à la piscine en plein air. C’est aussi un bon moyen d’éviter l’ennui. Et une fois la bonne technique acquise, pourquoi ne pas tenter des spots encore plus originaux. Il y a beaucoup de points d’eau en Belgique qui offrent de bonnes conditions de sécurité pour s’initier à la nage en eau libre.

S’INSCRIRE DANS UN CLUB ET PRENDRE DU PLAISIR

Les cours de natation à l’école c’est bien. Mais rejoindre un club offre encore de nouvelles perspectives. Les entraînements y seront donnés par un coach qui veillera à éviter la monotonie. Votre enfant pourra aussi se mesurer à d’autres et même participer à des compétitions. Là, pas de place à l’ennui.

La natation doit avant tout rester un plaisir, pour le corps mais aussi pour la tête. Le contact de l’eau doit toujours rester ludique et votre enfant doit s’y amuser. Sans ça, il risque de se lasser. Fixez-lui des objectifs amusants, qui lui permettront de se surpasser et de se sentir fier·e.

LES CONSEILS DE L’EXPERTE

Armony Dumur a remporté plusieurs titres nationaux dans les catégories de jeunes en France avant de s’expatrier aux États-Unis pour participer et remporter les championnats universitaires. Elle est aujourd’hui coach et répond à nos questions.

Natation, fille avec deux planches

COMMENT RENDRE L’APPRENTISSAGE DE LA NATATION ATTRACTIF ?

« À mon sens, il est important d’avoir en tête ce que l’on va faire au moment de rentrer dans le bassin. Beaucoup pensent, à tort, qu’une séance de natation est ennuyeuse car ils y vont sans objectif ou plan. Je conseille de pratiquer différents styles de nage, d’utiliser du matériel, de varier les allures. Tout cela rend l’entraînement beaucoup plus attrayant. »

TU N’ES DONC PAS D’ACCORD AVEC CEUX QUI AFFIRMENT QUE LA NATATION EST UN SPORT ENNUYEUX ?

« Non, pas du tout. Ceux qui disent cela ne sont probablement pas des nageurs. À l’exception du haut niveau où l’aspect répétitif d’un entraînement peut être monotone, il y a tellement de façons de varier et de structurer une séance. Au final, le temps s’écoule vite dans un bassin. »

Enfant sous l'eau

LES PREMIERS CONTACTS AVEC L’EAU, QUE CE SOIT CHEZ UN ENFANT OU UN ADULTE, RIMENT SOUVENT AVEC LA PEUR. QUE FAIRE POUR DÉPASSER CETTE CRAINTE ?

«Les débutants ont souvent peur car ils découvrent des sensations qu’ils n’aiment pas. Par exemple, les enfants craignent de mettre leur tête sous l’eau car ils ne sont pas à l’aise avec la façon dont ils doivent gérer leur respiration. Il appartient à l’accompagnant, que ce soit un entraîneur ou un parent, de les rassurer en leur expliquant, notamment, qu’il faut souffler par le nez. Une fois que les enfants ont compris comment gérer leur respiration dans l’eau et hors de l’eau, ils n’auront plus peur. »

 

COMMENT VAINCRE SA PEUR DE L’EAU ? 

Amélie Chabot, 15 ans, nous explique comment passer de phobique de l’eau à nageuse de haut niveau.

Si certains fuient les bassins car ils pensent que la natation est une discipline ennuyante, d’autres refusent tout simplement d’y mettre un orteil en raison d’une grande peur de l’eau. Une phobie qu’il y a cependant moyen de dépasser.  La preuve avec Amélie Chabot. Cette nageuse du Perron, association de clubs en région liégeoise, tutoie les sommets dans sa catégorie d’âge en Belgique.

Si à 15 ans, elle poursuit des rêves de carrière en suivant une scolarité sportive aux études Natation Saint-Louis, elle avait encore une peur bleue de l’eau dix ans plus tôt. « À 4 ans, quand j’ai débuté, l’eau me faisait très peur. Aujourd’hui, je m’y sens comme un poisson dans l’eau ! » Elle nous explique comment surmonter cette phobie.

Natation

LE JEU :

« La meilleure manière de vaincre sa peur de l’eau est, selon moi, de passer par l’intermédiaire du jeu. Au début, l’important n’est pas de nager mais de sentir à l’aise dans un nouvel élément. Je me souviens notamment d’un jeu avec un bâton placé dans l’eau et le long duquel il fallait descendre, histoire d’apprendre à mettre sa tête sous l’eau. Au début, je n’arrivais pas à aller jusqu’au bout. Mais ce n’est pas l’essentiel. L’amusement doit passer avant l’aspect compétitif. »

natation

LE DIALOGUE ET LA PERSÉVÉRANCE :

 Le dialogue : « Avoir peur n’est pas anormal au début. C’est important à mon sens de pouvoir l’exprimer auprès de la personne qui accompagne, que ce soit un entraîneur ou un parent. Des personnes qui sont là pour rassurer les débutants et dont le rôle est aussi de faire preuve de compréhension par rapport au ressenti du débutant. »

La persévérance : « La première fois que j’ai été en contact avec l’eau, j’ai eu envie de quitter le bassin pour ne plus jamais y revenir. Aujourd’hui, je suis bien contente d’avoir persévéré tellement j’adore la natation. Je pense que la peur de l’eau, si elle est surmontable, ne disparaît pas du jour au lendemain. Il faut pouvoir s’accrocher en se disant que cela ira de mieux en mieux. Dans le cas d’un jeune enfant, c’est à l’entourage de trouver les mots justes pour ne pas dégoûter l’enfant et, au contraire, lui donner envie de continuer ce qui peut devenir une belle histoire. »

LA RESPIRATION :

 « Dans l’eau, il est impossible de respirer. Il faut pouvoir gérer cela et apprendre à contrôler ses mouvements pour respirer et être à l’aise. C’est une étape importante à maîtriser, qui peut aussi passer par le jeu. »

Conseils
Vous avez envie de débuter la brasse mais ne savez pas par où commencer ? Vous aimeriez améliorer votre technique de nage et observer rapidement de réels résultats ?
HAUT DE PAGE