PARTIR EN PÈLERINAGE AU JAPON AVEC UN BÉBÉ, C'EST POSSIBLE ! 

À tout moment durant ce projet, aussi bien avant de partir que pendant que nous marchions, tout le monde nous faisait les yeux ronds. Voyager à pied avec un bébé ? Vous êtes cinglés ? Et pourtant, oui, c’est possible. C’est un des plus beaux voyages de notre vie... et nous avons déjà quelques voyages au compteur !

Shikoku-pelgrimstocht-japan

LE PÈLERINAGE DE SHIKOKU

Beaucoup l’appellent le Compostelle japonais... il faut dire que de nombreux marcheurs rencontrés à Shikoku ont déjà parcouru où rêvent de parcourir les chemins du célèbre pèlerinage européen. Le pèlerinage japonais se situe sur l’ile de Shikoku et consiste, en bref, à en faire le tour. Un parcours rythmé par 88 temples et qui, au total, représente environ 1200 km. Une belle marche !

Notre rêve est de le parcourir à pied... Rêve que nous avons en partie réalisé, avec trois semaines de marche et quelque 400 km au compteur. Un rêve que nous poursuivrons avec plaisir d’ici quelques années.

japan-porte-bebe-rando

MARCHE, SAC À DOS ET PORTE-BÉBÉ  

Concrètement, les journées sur les chemins de Shikoku se ressemblent toutes... tout en étant uniques. Levés tôt, le gros sac sur le dos de papa, le bébé dans le porte-bébé lové contre le ventre de maman, et c’est parti !

Remplis d’énergie après un petit déjeuner traditionnel japonais et une nuit réconfortante sur des futons à même les tatamis, nous marchions plusieurs heures. Les premières heures du jour sont les meilleures : plus calmes, moins chaudes... et avec un bébé qui fait sa première sieste de la journée ! Lorsque notre bébé dort, nous marchons à une vitesse moyenne de 6 km/h... là où nous n’en faisons plus que 4 en vitesse maximale une fois qu’il est éveillé !
Question difficultés sportives, le poids du sac à dos est en haut de la liste. 12 kg sur les épaules du papa, qui porte à lui seul les affaires de la famille. Le poids du bébé, additionné à ceux du porte-bébé et des vêtements de portage (cape de pluie...) donnent un total d’une dizaine de kilos. C’est plus que l’idéal recommandé aux pèlerins, à savoir 6 à 8 kg.

Nos conseils : se munir d’un sac à dos ultraléger et emporter du matériel optimisé. Nous avons appliqué la même logique au porte-bébé et nous avons pris le temps de le roder avant le départ.Viennent ensuite les challenges liés aux spécificités du terrain. Une grande partie du pèlerinage se situe au milieu des montagnes, les bouddhistes aimant placer leurs temples aux sommets. Parcourir l’entièreté du pèlerinage revient à monter (et descendre) une fois et demie l’Everest en termes de dénivelé ! Personnellement, ce sont ces passages de marche au milieu des montagnes boisées que nous avons préférés... même si les chemins en bord de mer nous offraient par moment une vue merveilleuse.

Shikoku-pelgrimstocht-japan

VOYAGER AVEC UN BÉBÉ ?

Voyager aussi loin avec un si petit bout, c’est souvent source de questionnements. En haut de la liste des inquiétudes : l’avion, le décalage horaire, la perte de repères et changements des habitudes, et enfin la peur de ne pas réussir à se faire comprendre en cas de problème, par exemple si le bébé est malade.

De notre expérience, tout s’est très bien déroulé. Les 11 heures de vol sont passées assez facilement....

L’astuce n°1 : prendre un vol de nuit pour que le bébé dorme un maximum.
L’astuce n°2 : demander des sièges avec lit bébé quand c’est possible. Cela soulage de ne pas devoir le garder sur soi pendant de si longs trajets.

Pour ce qui est du décalage horaire, il lui a fallu quatre jours pour être tout à fait adapté... tout en se réveillant le matin à 5 h, ce qui est parfait lorsque l’on est pèlerin (peut-être un peu moins parfait pour des vacances plus classiques !).

Et nous avons pu le vérifier, les capacités d’adaptation du bébé ne sont pas un mythe ! Faites-lui confiance. Il sait ce dont il a besoin. Curieux de tout, notre bébé est heureux de découvrir un nouvel endroit chaque jour. Nous essayons toujours d’arriver en début d’après-midi, pour qu’il ait suffisamment de temps pour explorer, s’acclimater, bouger et jouer... avant d’entamer la routine du bain, du repas et du coucher.

Non seulement il s’adapte très bien, mais en plus il raffole des chambres traditionnelles japonaises : des espaces épurés, avec très peu de meubles, du mobilier à hauteur de bébé, des lits à dérouler à même le sol... Et vive les tatamis pour les courses à quatre pattes !

Si voyager avec son bébé est une belle expérience familiale, le faire au Japon a encore une saveur supplémentaire. Les Japonais sont fous des bébés et nous avons toujours un accueil plus que chaleureux, un service plus que parfait et une gentillesse qui nous touche, jour après jour, tout au long de notre voyage.

Shikoku-pelgrimstocht-japan

LE CONSEIL D’AMANDINE

Plus vous préparez votre voyage, moins vous devez vous adapter en cours de route. À vous de découvrir ce qui vous ressemble le plus, partir l’esprit tranquille en préparant un maximum ou vous adapter et garder un plus bel effet de surprise.

Mon incontournable : Le petit foulard : 3 en 1 !
Pratique quand les températures baissent, pour se protéger soi et bébé quand le soleil tape, et pour couvrir la tête de bébé pour un sommeil plus paisible en pleine journée.

 

HAUT DE PAGE