POURQUOI S'HYDRATER EST-IL SI IMPORTANT ?

60% de votre poids corporel est constitué d'eau. S'hydrater contribue donc au bon fonctionnement de votre organisme. Il n'est dès lors pas étonnant non plus que nous ayons vraiment besoin d'eau. Lorsque vous faites du jogging, vous perdez 0,5 litre d'eau par heure et si vous courez à un rythme soutenu, cela peut rapidement monter à 1,5 litre à 2, 5 litres.

Étant donné que la déshydratation diminue considérablement les performances, il est important de lutter au mieux contre cet ennemi ! Quand est-on déshydraté et comment peut-on l'éviter ?

Number 1

QUAND PARLE-T-ON DE DÉSHYDRATATION ?

La déshydratation est le signe que l'organisme manque d'eau. Ce manque est dû au déséquilibre entre la quantité de liquide absorbée et la quantité de liquide éliminée. Quand on ne boit pas assez, la quantité d'eau présente dans le sang diminue et le sang s'épaissit. Cette situation oblige le cœur à fournir des efforts plus importants pour pomper le sang.

La teneur en oxygène et les nutriments qui nourrissent vos muscles diminuent et il en va de même de votre capacité d'éliminer les déchets. Lorsque ce mécanisme se met en route, les prestations sportives diminuent de manière draconienne. Une perte d'1 % du volume liquidien entraîne une diminution de 10 % de la capacité physique. La déshydratation provoque aussi fatigue et blessures musculaires.

Hydratation kalenji
number_2

SYMPTÔMES

Le symptôme numéro un de la déshydratation est la soif, mais cette dernière ne constitue pas un bon indicateur dans la lutte contre la déshydratation. Car, quand la soif se fait ressentir, il est déjà trop tard. Veillez donc à boire suffisamment aussi bien avant que pendant et après l'effort. Pensez à anticiper les pertes liquidiennes qui seront liées à la course. En buvant pendant la course, vous compensez les pertes liées à la transpiration et en buvant après la course, vous évitez un déficit liquidien qui peut être à l'origine de douleurs musculaires.

Outre la soif, une accélération du rythme cardiaque, une baisse de la tension artérielle et une diminution de la capacité physique (fatigue, essoufflement et douleurs musculaires) peuvent également indiquer une déshydratation.

CONSEIL : Pour vous assurer d'être bien hydraté lors de vos sorties running, vous devez, idéalement, boire 100 à 150 ml (1 à 2 gorgées) toutes les 10 à 15 minutes. Choisissez de préférence une boisson fraîche, mais certainement pas glacée pour éviter les problèmes intestinaux.

number_3

FACTEURS DE RISQUE

-    Froid : Quand il fait froid, la chaleur produite par notre organisme diminue plus rapidement. De ce fait, ce qu'on appelle l'équilibre thermique est plus facilement atteint et les sportifs ont tendance à boire moins. Ils se retrouvent ainsi dans une « fausse » zone de confort qui ne les incite pas à boire. La déshydratation les guette !

-    Chaleur : Quand vous faites un effort physique, votre corps produit de la chaleur. Quand les températures sont élevées, la chaleur générée par le corps n'est pas correctement éliminée parce que la température externe est pratiquement la même (voire même plus élevée) que celle du corps. L'organisme doit alors « lutter » pour éliminer la chaleur produite et c'est pour ça qu'on transpire. La perte liquidienne est importante et peut représenter plusieurs litres d'eau par heure (en cas de pratique intensive d'un sport). Face à une perte liquidienne importante, il peut parfois devenir problématique, voire impossible de la compenser. Et la conséquence logique en est bien sûr la déshydratation.

-    Mauvaise boisson énergétique : Les boissons isotoniques sont des boissons dans lesquelles la concentration en sucres ou en minéraux est supérieure à celle du sang. En consommant une boisson isotonique, vous apportez en fait (trop) peu d'eau à votre organisme. Dans des conditions normales, il est déconseillé de consommer ce type de boisson énergétique. Par contre, les boissons énergétiques s'avèrent utiles si vous pratiquez votre sport dans des conditions extrêmes (par exemple quand il fait très froid ou très chaud).

-    Altitude : En altitude, la déshydratation provoquée par la transpiration est souvent sous-estimée du fait qu'elle passe inaperçue. Lors de l'escalade pratiquée à des altitudes élevées, l'air contient peu d'oxygène. Pour cette raison, le sang ne reçoit pas suffisamment d'oxygène et votre organisme se met immédiatement à hyperventiler. Dans ce cas, on parle d'hypoxie. Cet état se caractérise par une perte liquidienne importante et un risque élevé de déshydratation.

HAUT DE PAGE