À QUEL AGE UN ENFANT PEUT-IL COMMENCER LE SPORT ?

number_1

AVANT 7 ANS : DE L’ACTIVITÉ PHYSIQUE PLUS QUE DU SPORT

Pour les jeunes enfants (entre 1 et 7 ans), l’idée est surtout de se dépenser : jouer au parc, improviser un spectacle de danse, prendre la trottinette pour aller à l’école… « Il s’agit d’activités ‘non structurées’, dans le sens où il n’y a pas de règles et que c’est la notion de plaisir qui importe résume Adrien Lelong, ostéopathe du COPS (Centre d’ostéopathie et de posturologie du sport) à Lille. Le sport est une bonne porte d’entrée sur le monde extérieur. Découverte de sensations, de lieux, rencontres… Il ne faut pas hésiter à tester différents sports pour trouver celui dans lequel l’enfant s’épanouira le mieux. »

On peut tout de même, en adaptant l’activité aux capacités de l’enfant, envisager démarrer le sport vers 5 ou 6 ans. “Il reste tout à fait possible de sensibiliser l’enfant au sport de façon douce, rappelle Grégory Dupas, ostéopathe/posturologue. Avec toutefois une réserve : il faut garder à l’esprit que trop tôt, le corps de l’enfant est encore très malléable, et donc fragile. »

kalenji aw18 kids athletics
number_2

7 ANS, UN ÂGE GÉNÉRALEMENT ACCEPTÉ POUR COMMENCER LE SPORT

L’âge de la sagesse ? Celui de la notion d’équilibre, de coordination, ou encore de force surtout... « Il n’y a pas vraiment de contre-indications complète Adrien Lelong, si ce n’est une visite annuelle chez le médecin pour vérifier que tout est ok. Même les enfants souffrant d’asthme et de diabète peuvent se mettre au sport. Bien sûr, il faudra adapter… mais d’un point de vue psychologique, les effets seront très positifs ».

number_3

DE 8 À 12 ANS, LE PERFECTIONNEMENT

Après cette étape d’initiation, un enfant de 8 à 12 ans pourra envisager de se perfectionner, et pourquoi pas de se mettre à la compétition. Il s’agira néanmoins de bien respecter les phases d’échauffement (avant l’activité) et d’étirements et de récupération (après l’activité). Un enfant, aussi agile voire, parfois, pressé (d’en découdre sur le tatami, de monter sur son poney, de montrer sa nouvelle choré…) soit-il, n’est pas à l’abri d’une blessure.   Quel que soit l’âge de l’enfant, il faudra aussi penser à l’emmener régulièrement chez l’ostéopathe afin de réaliser un bilan et vérifier si son développement, sa posture, suivent la bonne voie. Un bon moyen de préserver son capital santé et de limiter ses éventuels pépins physiques une fois à l’âge adulte…
Des expériences à partager ? Où en sont vos enfants ? Et vous, le goût du sport vous est-il venu tout jeune ou sur le tard ? Dites nous tout !    

HAUT DE PAGE