QUI A-T-IL DERRIÈRE UN NOM ?

« B’TWIN, ce sont quand même des vélos de ville ? » « Non, non, c’est une marque de vélos enfants... » « Tiens, je pensais que leurs vélos de course étaient aussi de B’TWIN. » Parmi toutes ces citations, aucune n’est un mensonge. Du moins jusqu’à présent, puisque chaque branche du cyclisme possède aujourd’hui sa propre marque. Nous partons à la recherche d’un nom approprié pour notre segment « vélos de course ».

Van Rysel vélo femme

Pour une bonne compréhension, permettez-nous d’apporter d’abord quelques précisions. B’TWIN existe toujours. C’est désormais la marque qui couvre tout ce qui concerne les vélos pour enfants. En dehors de cela, nous avons aussi Rockrider (VTT), Elops (vélos pliants et vélos de ville) et Triban pour les amateurs de vélos de course. Il ne manquait qu’un nom pour les coureurs cyclistes de compétition. Une identité propre. C’est ainsi qu’est né... VAN RYSEL. À première vue, un nom un peu bizarre pour une marque française, mais l’histoire qui l’accompagne saura certainement vous convaincre.

1

LA RECHERCHE

Bonnes performances, vitesse, robustesse, rebond, endurance et compétitivité... Toutes des valeurs auxquelles la nouvelle marque se devait de satisfaire. Un nouveau nom doit incarner ce que nous sommes et surtout y être conforme. C’est un élément constitutif de notre ADN. Et de l’ADN du cyclisme, qui se situe au cœur même de la Flandre (et voilà l’explication) ! Il fallait également que le nom ait un sens, qu’il soit facile à prononcer dans n’importe quelle langue (avec ou sans accent...). Et enfin, le nom devait bien sûr être unique et original. , si l’on ne voulait pas avoir de problèmes juridiques. Et nous n’en voulions évidemment pas.

Van Rysel vélos
2

UNANIMITÉ

Un comité de huit chefs de produit, concepteurs et membres de l’équipe de communication a été le premier à prendre les choses en main. Tous étaient d’accord pour dire que le nom devait avoir une consonance flamande. Car la Flandre est évidemment la capitale des plus grandes courses classiques d’un jour. Nous pensons ici à la Vlaanderens Mooiste, Le Tour et Paris-Roubaix. Mais attendez un instant... Paris-Roubaix en Flandre ? En effet, en Flandre française. Sa capitale est Lille ou Rijsel en néerlandais. C’est de surcroît la ville où se trouve notre siège principal et l’endroit où est établi le village B’TWIN : plus de 180 000 m² de plaisir cycliste. Tout au long de l’année, on rencontre en Flandre des cyclistes passionnés qui s’entraînent sur les collines locales et les pavés ne sont pas tendres pour eux. Bref, notre nouveau nom se devait de tirer ses racines de cette région.

3

LISTES

Un bureau spécialisé nous a accompagnés pendant plus de 6 mois pour trouver le nom parfait qui sonne bien. Il s’en est suivi une liste de pas moins de... 150 noms différents. Ces 150 noms ont été filtrés juridiquement, en tenant compte de toutes les autres marques de vélos déjà existantes (ou de 336 d’entre elles) et d’autres noms de marques trop ressemblants. Mais comme les options restantes étaient encore beaucoup trop nombreuses, notre comité s’est à nouveau réuni pour établir une brève liste de présélection.

4

NAISSANCE

Le nom a été choisi à partir de la liste de présélection et a de nouveau été soumis à un examen juridique, cette fois encore plus approfondi. Nous devons veiller à ce que notre nom puisse être utilisé sans problème partout dans le monde. Et hop, VAN RYSEL était né.

Van Rysel marque vélos

Le nom VAN | RYSEL a été présenté officiellement le 18 janvier, lors de la dernière édition des Vélofollies à Courtrai. De nouveau un endroit symbolique, car il se situe à 40 km à peine de Lille et à proximité du parcours du Tour des Flandres. Si vous participez le 6 avril aux 229 km sur le sol sacré flamand, vous aurez en tout cas une histoire intéressante à raconter à vos compagnons, lorsque notre nouveau nom apparaîtra quelque part dans le peloton. CONSEIL : Profitez surtout des premiers 90 km pour en parler. Après, il vaut mieux économiser vos forces... T

HAUT DE PAGE