VOYAGER SEUL.E : PETIT GUIDE DES BONNES ET MAUVAISES PRATIQUES DU BACKPACKER

Le sac à dos dans la soute, assis.e sur le siège qui vous emmène, vous ressentez ce petit frisson d’excitation et de peur. Vous partez seul.e découvrir une partie du monde avec un enthousiasme parfait et mille questions sur le « comment ». Nous avons quelques pistes à vous proposer sur les choses à faire ou non quand on voyage en solo. Yolo !

randonnée

LES CHOSES À FAIRE QUAND ON PART SEUL.E

Planifier et s’équiper, c’est mieux ! Avant de claquer la porte de sa maison et de crier « en route pour l’aventure ! », mieux vaut avoir pris un temps pour savoir où aller et avec quoi partir.

Primo, le choix de la région et le type de voyage :

- Scrutez vos envies : montagne, mer, désert ? Ville, campagne, pampa ? Si vous n’avez pas d’idée, jetez un coup d’œil sur les vidéos des youtubeur.se.s Little Gipsy, Anil B, Alex Vizeo, BeautifulDestinations ou sur les pages Instagram de Camille, Mathilde Loubeyres, Bruno Maltor, Jonathan Bertin, Maxime Vermeulen sans oublier les blogs « On met les voiles », et « Mes Ptits bouts du monde ». Vous devriez y trouver votre bonheur !

- Tracez un itinéraire pour avoir une idée globale, renseignez-vous sur la région, le pays, les centres d’intérêt, les choses que vous ne voulez pas manquer, faites-vous un programme aux petits oignons. Le site globe-trotting.com et son planificateur de voyage pourrait bien vous aider.

- Interrogez-vous sur le type de voyage que vous voulez faire : en mode routard ou all inclusive ? Observez-vous, de quel bois êtes-vous fait ? Envisagez un voyage qui correspond bien à vos capacités physiques et mentales !

Une fois le choix effectué, partez à la recherche du billet d’avion qu’il vous faut. Les comparateurs de vols Kayak, Momondo ou Skyscanner vous donneront un coup de main. Profitez-en pour booker vos premières nuits sur Hostelworld, Booking, Airbnb ou Agoda si vous allez en Asie. Si toutes ces réservations vous donnent le tournis, pensez à installer l’application Triplt qui se chargera d’accéder à votre boite mail pour vous rappeler les échéances en vous traçant un itinéraire !

randonnée

Secundo, s’équiper, la liste des choses à ne pas oublier :

- Les papiers d’identité et les documents essentiels à votre trip, faites-en une copie numérique au cas où. Si vous perdez votre téléphone, votre tablette ou votre ordinateur, la solution Prey Anti Theft permet de les localiser, de les verrouiller, ou encore d’activer une alarme. C’est gratuit et très utile !

- Les moyens de paiement, avec une carte de crédit, une autre carte de crédit ou de paiement en cas de perte pourrait s’avérer précieuse, des espèces en euros et en devises étrangères, toujours utiles, et une pochette à glisser sous vos vêtements. Pour gérer votre budget et suivre vos dépenses dans toutes les devises, l’application Trail Wallet sera votre amie. Si vous cherchez un convertisseur de devises, optez pour XE.

- Une trousse de toilette, une pharmacie, les vêtements adaptés au climat et à votre type de voyage, une carte Michelin, un Guide du Routard ou un Lonely Planet et accessoirement, les appareils pour rester connectés et immortaliser.

Les backpackers 2.0 ne manqueront pas de télécharger Maps.me et ses cartes utilisables hors connexion, ils n’oublieront pas d’acheter une carte SIM locale pour rester joignable à tout moment ou de profiter des réseaux WiFi grâce à Wifispc, ils ne se laisseront pas piéger par la météo avec Weather Pro, ils sauront où manger grâce à TripAdvisor, liront sur une liseuse numérique et enverront une carte postale via leur smartphone avec l’appli Touchnote.

randonnée

N’AYEZ PAS PEUR DE LA SOLITUDE 

Lorsque l’on décide de partir seul.e, il faut s’attendre et se préparer à être… seul.e. Logique. Mais pas automatique, c’est parfois au cours du voyage que l’on prend conscience de cette bizarrerie de ne pas être accompagné.e !

Rien de grave, pas de panique, après les premiers jours, l’habitude de prendre les transports, de manger et de visiter en solo s’installe, ne pleurez pas, ça facilite la réflexion, la contemplation et le recentrement sur soi. Si si. Ça fait du bien parfois.

C’est d’ailleurs à ce moment-là que le voyage peut prendre tout son sens, les moments passés avec soi-même ne sont pas des temps vides, on profite d’autant mieux d’une visite d’un musée ou des couleurs d’un paysage lorsque le silence est d’or ! Si ce n’est pas acquis pour vous, votre voyage sans partenaire vous l’apprendra !

randonnée

ÊTRE SEUL.E : UN CHOUETTE MOYEN DE RENCONTRER ! 

Les billets en poche, votre premier réflexe est de parcourir les forums et les réseaux sociaux pour trouver des futurs compagnons de route. Why not. Voyager seul.e ne veut pas dire être seul.e en continu, et heureusement ! De nombreux outils existent pour connecter les voyageurs entre eux comme Travello, Jetzy, Travel Buddies ou Copines de Voyage qui vous permettront de trouver des compagnons de route.

Durant le voyage, si vous cherchez à rencontrer du monde, les auberges de jeunesse seront les endroits parfaits pour échanger avec les backpackers venus de tous horizons. Les espaces communs pour chiller, les soirées « blind test », jeux, concerts, les chambres partagées, tout est fait pour inciter les voyageurs à échanger. Ah les soirées où on rentre à pas feutrés dans le dortoir endormi et puis… un sac plastique se met sur notre chemin. Bruit à tous les étages, aarrggghh !

 

En ce qui concerne les transports, vous serez plus à même de rencontrer du monde en faisant du co-voiturage, en prenant le bus ou le train qu’en filant en taxi derrière des vitres fumées. Mais vous le savez. Si vous êtes dans une très grande ville, téléchargez Citymapper, cette appli combine tous les transports disponibles pour se déplacer efficacement dans la jungle urbaine. Hors des grandes villes, l’application Rome2rio se chargera de trouver l’itinéraire parfait, qu’il se fasse à pied, en train, en bus ou en covoiturage.

Autre bon plan, le couchsurfing, ou la possibilité de dormir chez l’habitant gratuitement grâce à l’hospitalité des gens. Là aussi, de belles rencontres en perspective, de chouettes visites en pagaille. Si vous avez envie de mettre les mains dans la terre, le woofing pourrait vous plaire, des fermes bio vous hébergeront et vous nourriront contre quelques heures de boulot par jour.

Ce n’est pas tout, les visites guidées groupées sont parfaites pour rencontrer du beau monde tout comme les tours proposés par la communauté des greeters, des personnes passionnées et passionnantes qui vous font découvrir leurs coups de cœur ! Et pour garder contact avec tout ce beau monde, Whatsapp et Skype feront la joie des nomades numériques.

randonnée

LES CHOSES À ÉVITER QUAND ON VOYAGE EN SOLO 

Une poignée de main plutôt qu’un regard torve :

L’œil méfiant, vous posez le pied dans un pays avec l’âme d’un.e combattant.te aguerri.e, en mission pour son propre compte, sa propre survie. Votre masque à gaz est en place, votre aérosol de défense au piment rouge est à portée de main, la progression est envisageable dans cet univers hostile et sans espoir.

Bon, cette vue de l’esprit paranoïaque, n’est clairement pas bonne conseillère pour votre périple. Suspecter des dangers et des mauvaises intentions partout est épuisant en plus de parfaitement gâcher le plaisir de découvrir.

Il faut jouer le jeu du voyage en solo, aller dans son sens, se laisser embarquer dans son mouvement et ne pas lutter à contre-courant. Suivez votre feeling, faites-vous confiance, faites confiance aux autres lorsque votre instinct vous le fait sentir. Ça ne signifie pas être béat.e devant chaque personne rencontrée, mais avoir une attitude positive, ouverte, tout en étant ferme lorsqu’il s’agit de dire non. En la jouant détendu.e et ferme, vous mettez toutes les chances de votre côté pour voyager seul.e et heureux.se !

L’EXCÈS DE CONFIANCE EST NOCIVE POUR LE BACKPACKER

Exemple 1 : L’arrivée triomphante dans un petit hostel bordant une route déserte au fin fond du Nevada avec un « Bonjour Monsieur, est-ce que vous auriez une petite chambre de dispo pour moi ?! » risque de faire très mauvaise impression. Ne pas connaître un mot de la langue du pays que l’on visite n’aide pas, mais le proclamer haut et fort, ça craint. Si la VO n’est pas possible, utilisez Google Translate, apprenez en jouant avec Duolingo ou feuilletez un guide de conversation pour tenter de vous faire comprendre, ça changera tout, au point de recevoir des sourires complices et de l’aide !

Exemple 2 : Vous vous y voyez déjà. La gloire du retour, le récit homérique de votre « aventure » où vous avez « fait » un nombre incalculable de sites tous plus « incroyables » les uns que les autres. Vous avez donc prévu un parcours de compétition où vous prendrez quantité de transports, vous arriverez en pleine nuit s’il faut, avec une cohorte de rabatteurs pour vous accueillir et vous accompagner chez l’un de leurs cousins. Vous parviendrez à faire toutes les visites que vous avez prévues jusqu’à l’épuisement. Et vous aurez le sentiment d’avoir profité de rien. L’idée de vouloir trop consommer son voyage est très néfaste. À ne pas faire !

randonnée

Soyez vigilant.e donc, envers vos propres envies, ne soyez pas trop ambitieux.se, trop gourmand.e, le fait de voyager seul.e n’offre pas de garde-fou, le piège est d’en vouloir trop et de se sentir invincible. Le véritable danger est là.

Dites où vous allez à vos proches, si vous voyagez plus de trois mois, n’oubliez pas de partir avec une assurance de voyage qui pourrait couvrir les pépins éventuels, n’emportez pas trop d’argent dans vos poches et gardez toujours les numéros des secours, hôpitaux, consulats et ambassades à portée de main. La prudence est mère du succès, dit-on !

On espère que nos quelques conseils de voyage en solo vous seront utiles, s’ils ne le sont pas, c’est que le bon sens et la science du voyageur sont déjà vôtres, et c’est tant mieux. D’ailleurs, n’hésitez pas à compléter cet article, partagez-nous vos conseils et expériences hérités de vos voyages en solitaire !

 

HAUT DE PAGE